Le blog des cofondateurs de SAFTI

Gabriel Pacheco représente les réseaux de mandataires

A l’invitation de l’IMSI (Institut du Management des Services Immobiliers) et en tant que représentant du SYREMI (Syndicat  des Réseaux de Mandataires en Immobilier), j’ai été amené à débattre récemment avec Jean-François Buet – Président de la FNAIM, Laurent Vimont – Président de Century 21 ainsi que David Rodrigues – Juriste logement de la CLCV (Association nationale de défense des consommateurs et usagers).
Le projet ALUR (projet de loi pour l’Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) était évidemment au centre du débat et nous nous réjouissions tous d’un certain nombre de mesures. D’abord, la création du Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières, chargé de veiller au bon fonctionnement des activités immobilières et de sanctionner, le cas échant, les pratiques douteuses. Ensuite et surtout la mise en place d’obligations de formation initiale et continue pour tous les intervenants du secteur, qu’ils soient salariés ou agents commerciaux, en agence ou en réseau. Il est vrai que cette mesure était appelé de nos vœux tant la formation est un sujet central chez SAFTI.
Nous mettons ainsi en place de nombreuses formations physiques (formations initiales de 5 jours et continues de 2 jours, formations à thème sur 1 journée…) mais aussi des formations téléphoniques ainsi que 18 modules vidéo en e-learning. Je le dis et le répète souvent, la formation c’est le nerf de la guerre pour se démarquer de la concurrence mais aussi et surtout pour apporter une réelle valeur ajoutée au client final.
Mais revenons à ce débat et au gros point d’achoppement : la location. Sans surprise, David Rodrigues (représentant de la CLCV) était enchanté des mesures de protection du locataire alors que les autres participants étions très critiques sur le dispositif, soulignant qu’il risquait de faire fuir du marché les propriétaires investisseurs.
La discussion s’est ensuite concentrée sur un thème que je connais parfaitement (et pour cause !) mais qui gagne encore à être connu des autres intervenants immobiliers : les réseaux de mandataires et leur développement.
J’ai ainsi pu rappeler que nous représentions, selon une étude du Cabinet Xerfi, 7% des transactions immobilières en 2012 et devrions peser 12% de ces transactions à horizon 2015 !
Que nous faisions aujourd’hui partie du paysage immobilier, au même titre que les agences traditionnelles, comme l’attestait ma participation même à ce débat ou encore ma récente audition par le co-rapporteur du projet de loi ALUR à l’Assemblée, Daniel Goldberg, qui souhaitait recueillir notre avis quant à ce projet.
J’ai ainsi conclu en rappelant qu’il y avait de la place pour tous les professionnels, quel que soit leur mode d’exercice et que notre priorité COMMUNE devait être la prise de part de marché par rapport au particulier à particulier qui représente encore environ 40% des transactions !
En apportant toujours plus de service, de réactivité et de professionnalisme…

5 Commentaires jusqu'ici.

  1. dufourny dit :

    très bonne présentation du réseau et je suis tout a fait d’accord avec vous sur les formations !!

    bonne continuation

    le belge

  2. Jean dit :

    Débat très intéressant, mais vidéo trop courte on reste sur notre fin, dommage!

    salutations

    Jean

  3. Félicitations Gabriel !
    Dommage que la vidéo soit coupée.
    Nous sommes très bien représentés. Bravo !
    SAFTI, le réseau qui monte, qui monte…

    Stéphanie

  4. Christian Griffard dit :

    Bonjour,
    je n’ai lu que le compte rendu, c’est très encourageant que SAFTI soit sur un pied d’égalité désormais avec la FNAIM & autres. Il y a désormais un rang à tenir et ce sera l’affaire de tous , mandataires & dirigeants. Au sujet de la formation, aujourd’hui encore, le directeur de l’agence « bouygues » (dont, je suis parti pour free) de l’avenue du Général Leclerc à Paris me disait sa réticence des négociateurs du fait de leur inexpérience et manque de formation selon lui. Il m’a quand même commandé une estimation et après les vacances , je pense que j’aurai un mandat(je vais lui parler « SAFTI »)…bien sûr , il rêve sur le prix. Bon courage à tous.
    Christian

  5. pascal dit :

    La formation est essentielle et nous nous démarquons grâce à celle-ci.
    C’est un gage de crédibilité et une valeur ajoutée.
    Les développeurs de par leur expérience, contribuent également à cette qualité et cette reconnaissance de professionnalisme

    Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *